Today Vivre

Au nom de quoi ? Au nom de rien.

15 novembre 2015
12227825_10208428909579423_2446383228437791422_n

« La religion est l’opium du peuple  » – Marx

Et tu sais, l’opium, c’est une drogue. Et la drogue ça n’engendre pas que des super « trip », ça engendre aussi la folie. Et la folie ça te consume de l’intérieur et ça explose à l’extérieur.

Comme une bombe à retardement.

Comme les balles d’une kalachnikov, transperçant le vent.

Folie meurtrière, « folie de barbarie », nouveau fruit de la religion. D’une religion de l’extrême, qui se nourrit de rage et de haine.

Aujourd’hui ils sont morts. Des innocents, des passants, des croyants, des athées, des juifs, des musulmans et des français. Des gens de tous les jours, des gens comme nous, qui ne faisaient que danser, chanter, boire, s’énerver, pleurer, s’exprimer et rigoler. Et qui, peut-être, étaient entrain de prier. De prier un Dieu qui s’appelle Allah, de prier un Dieu aux multiples visages, aux multiples nom.

Des gens qui ne faisaient que vivre.

Qui ne faisaient que passer. Où était leur tort ? 

Au nom de quoi ? Au nom de qui ? Au nom de rien, au nom de la folie. 

Au nom du fanatisme, au nom du terrorisme. 

Mais surtout au nom de rien. RIEN, ni PERSONNE.

Paris. En cette nuit sombre tu as hurlé, en cette nuit sombre tu as pleuré. En cette nuit sombre tu as perdu, des morceaux de chair, des lambeaux de corps, des litres de sang, qui ont été dispersés partout dans tes rues.

Aujourd’hui, tu es un Paris meurtri. Un Paris qui doit rester uni. Mais s’unir, ne pas avoir peur, se dire que nous, nous n’allons pas mourir trop tôt, ce n’est pas si simple. Parce que si eux sont partis, si brutalement dans la nuit, dans une nuit de peur et de cris, pourquoi pas nous ? Pourquoi pas d’autres à qui l’on dit de ne pas être inquiets, comme ceux qui ne l’étaient pas ce soir-là. Et pourtant, ils ne sont plus là, et ils ne le seront plus jamais.

Alors oui, on va vivre, alors oui on va continuer à voir les jolies choses qui nous entourent, continuer d’aimer et la peur s’estompera, heureusement. On se lèvera moins inquiets, moins angoissés, moins bouleversés. Il faut juste que l’on reprenne nos esprits, mais nous n’avons pas été terrassés. Oui, on va se battre, se battre pour la vie, en continuant de l’aimer, cette foutue vie. Car notre plus belle arme à nous, c’est l’amour.

Mais ça n’empêche pas que notre coeur, lui aussi, a été touché. Et oui, certains jours, on oubliera. Charlie, cette nuit, les attentats. Mais, cette horreur, elle va rester là, quelque part. On la racontera à nos enfants, qui ne comprendront pas les larmes dans nos yeux et la souffrance sur nos visages. Et on espérera, qu’un jour, sûrement utopique, on ne meure plus dans la peur, mais dans la paix. Dans un monde idéal où les armes ne crachent plus la mort mais des fleurs. Où les balles n’atteignent plus les corps ni les coeurs.

Je pense à vous, familles endeuillées, familles dévastées. Je pense à vous parisiens apeurés, parisiens attristés. Je pense à toi, Paris meurtri, Paris uni. Je pense à toi, pays choqué, pays blessé.

Et je pense à nous, je pense à nous. Nous tous. Aimons-nous, et ça, même si ça paraît bateau, je n’ai pas peur de le dire.

Je n’ai pas peur.

Paris, 13-14.11.15

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply CATTA Patricia 15 novembre 2015 at 21 h 56 min

    Tout simplement magnifique ! <3

    • Reply Melle Myu 16 novembre 2015 at 12 h 47 min

      Merci Patricia… <3

  • Reply Ton ancienne CPE 22 novembre 2015 at 13 h 22 min

    Tu écris de mieux en mieux , et plus encore sous le coup de l’émotion. Émotion que beaucoup de gens partagent sans avoir les mots pour le dire. Il est bien que des gens jeunes témoignent de la sorte. L’indignation ne doit pas être l’apanage de notre génération.
    Ne laisse personne te faire douter de toi-même, continue à nous faire partager tes bonheurs et le moins possible, souhaitons-le, tes peines.

    • Reply Melle Myu 22 novembre 2015 at 17 h 32 min

      Oui, je crois que c’est sous le coup de l’émotion que j’écris le mieux. Je réfléchis moins, je laisse plus parler mon coeur. Et oui, je pense que c’est à nous aussi de se révolter, de s’indigner, de témoigner. Et j’en avais besoin pour cet événement…
      En tout cas merci pour tes beaux compliments qui me font toujours chaud au coeur…
      Klin ? <3

    Leave a Reply